La cote de popularité d’Emmanuel Macron progresse fortement (46%; +6)

Emmanuel Macron progresse dans toutes les catégories de population, y compris dans celles qui lui sont traditionnellement hostiles comme les employés et ouvriers. Des clivages socio-démographiques persistent mais c’est sur le plan politique que la polarisation reste la plus forte : si Emmanuel Macron est apprécié par la moitié des sympathisants PS (54%), EELV (47%) et LR (50%), il reste très majoritairement rejeté par les sympathisants LFI (67%) et RN (75%).

Cette évolution de la popularité d’Emmanuel Macron peut être le reflet de plusieurs éléments :

  • Une forme de recentrage de certaines populations plus modérées face à la montée d’une offre politique polarisée aux extrêmes ou l’absence d’alternative claire perçue au sein des partis de gauche ou de droite;
  • Un accueil potentiellement positif dans l’opinion à l’égard des dernières mesures catégorielles (agriculteurs, sages-femmes, policiers, indépendants, Plan Marseille…) ;
  • Une perception relativement positive a posteriori de la gestion de la crise sanitaire suite à l’atteinte de l’objectif des 50 millions de vaccinés ;
  • Le maintien d’un socle de soutien fidèle depuis le début du mandat d’Emmanuel Macron : 82% de ses électeurs de 1er tour en 2017 ont ainsi une bonne opinion de lui.

Emmanuel Macron bénéficie en définitive d’une cote de popularité nettement plus élevée que celle de ses prédécesseurs à 7 mois du scrutin présidentiel, que ce soit Nicolas Sarkozy (32% d’opinions positives en septembre 2011) ou François Hollande (18% en septembre 2016).

Même tendance pour Jean Castex, dont la cote de popularité progresse (45%; +5)

Le Premier ministre suit exactement la même tendance : sa cote de popularité progresse de 5 points et s’établit au même niveau que celle du Président (45%). Une proximité assez frappante qu’on observe depuis plusieurs vagues et qui constitue la spécificité de Jean Castex par rapport à d’autres Premiers ministres et notamment son prédécesseur, Edouard Philippe.

Eric Zemmour séduit une part équivalente de sympathisants LR et RN

Eric Zemmour bénéficie d’une cote d’influence significative : 21% des Français aimeraient qu’il ait plus d’influence à l’avenir dans la vie politique, un score qui le situe derrière Marine Le Pen (27% ; stable) et Marion Maréchal (24%; -1).

La cote d’influence d’Eric Zemmour est plus élevée et au même niveau chez les sympathisants RN (38%) et LR (36%), signe qu’il parvient à susciter l’intérêt aussi bien auprès des sympathisants d’extrême droite que d’une partie des sympathisants de la droite.

Duel Jadot-Rousseau : les sympathisants EELV privilégient Yannick Jadot

La cote d’influence de Yannick Jadot auprès des sympathisants EELV – c’est-à-dire les personnes se disant proches de ce parti, et non les potentiels votants à la primaire – est bien plus élevée (61%) que celle de Sandrine Rousseau (34%). Ces résultats ne disent rien du vote au second tour de la primaire mais témoignent néanmoins de l’atout dont dispose Yannick Jadot aujourd’hui : une notoriété plus élevée et un rayonnement plus fort auprès du grand public.