Emmanuel Macron : une cote de popularité en baisse (42%; -3) et une image toujours aussi clivée

Le regain de popularité observé le mois dernier aura été de courte durée pour Emmanuel Macron : seule une minorité de Français (42%; -3) déclare avoir une bonne opinion du président de la République, contre 56% (+5) qui en ont une mauvaise opinion.

Si les personnes qui l’apprécient soulignent toujours sa détermination, le fait qu’il ait un cap et qu’il tienne ses engagements de campagne, le sentiment qu’il mène une politique favorable aux personnes les plus aisées est un argument récurrent chez ses détracteurs. Son interview sur TF1 n’est donc pas parvenue à dissiper cette étiquette de « Président des riches » auprès d’une partie de la population.

Son image demeure toujours aussi clivée, que ce soit sur le plan sociodémographique ou politique. Il perd notamment des points auprès des sympathisants PS, désormais très divisés (50%; -11) : ces derniers sont sans doute en partie ébranlés par le vote de mesures comme la suppression de l’ISF.

Edouard Philippe voit lui aussi sa cote de popularité diminuer (44%; -4)

Le Premier ministre n’échappe pas à ce mouvement de repli : lui aussi voit sa cote de popularité reculer (44%; -4), tandis que les opinions négatives à son égard progressent (50%; +4). A l’instar d’Emmanuel Macron, il retrouve une situation proche de celle observée fin août, annulant le regain de popularité observé le mois dernier.

Marine Le Pen en difficulté : elle est désormais devancée par Marion Maréchal Le Pen auprès des sympathisants FN

Le passage de Marine Le Pen dans l’Emission politique de France 2 ne lui a pas permis de retrouver une dynamique dans l’opinion. Elle perd ainsi de plus en plus de crédit auprès des sympathisants du parti. Même s’ils sont encore 80% à souhaiter qu’elle ait plus d’influence à l’avenir, c’est 8 points de moins que le mois dernier et 15 points de moins qu’en août. Elle est désormais devancée par sa nièce (88%), qui voit sa cote d’influence progresser de 9 points depuis septembre.

A gauche, Jean-Luc Mélenchon retrouve son leadership face à un Benoit Hamon en quête de positionnement politique dans l’opinion

Alors que Benoît Hamon avait connu le mois dernier un réel regain d’intérêt auprès des sympathisants de gauche, et notamment de partis situés à la gauche du PS, il apparaît ce mois-ci bien plus en retrait : 53% des sympathisants de gauche souhaitent qu’il ait de l’influence à l’avenir (-8), ce qui le place loin derrière Jean-Luc Mélenchon, qui regagne en partie les points perdus le mois dernier (62%; +3).

A droite, Laurent Wauquiez bénéficie d’une assise confortable

Grand favori pour la présidence du parti Les Républicains, Laurent Wauquiez peut compter sur le soutien d’une large majorité de sympathisants de droite (60% souhaitent qu’il ait davantage de poids dans la vie politique française), notamment LR (65%).