BAROMÈTRE BVA EN PARTENARIAT AVEC ORANGE, RTL ET LA TRIBUNE

 

La popularité d’Emmanuel Macron s’érode à nouveau (32%; -2)

Pour le troisième mois consécutif, Emmanuel Macron voit sa cote de popularité décliner : 32% (-2) des Français déclarent désormais avoir une bonne opinion de lui en tant que président de la République, contre 67% (+1) qui en ont une mauvaise opinion.

Sur les trois derniers mois, Emmanuel Macron a ainsi perdu 9 points de popularité pour atteindre son plus bas niveau depuis qu’il a été élu.

 

Attitude des Français : l’opposition se renforce (45%; +6), tandis que le socle de soutien s’étiole (15%; -2) et que les attentistes s’impatientent (39%; -3)

La proportion de personnes affichant leur opposition à l’égard de la politique d’Emmanuel Macron se renforce nettement depuis juillet : 45% des Français déclarent désormais être opposés à son action et à celle du gouvernement, soit une hausse de 6 points.

Cette progression de l’opposition est notable chez les retraités (45%; +8) mais aussi chez les salariés du secteur privé (43%; 8), qui semblent donc peu sensibles au discours du gouvernement sur les mesures censées leur profiter.

Cette hausse de l’opposition se fait au détriment des deux autres « blocs » plus favorables au chef de l’Etat :

  • Son socle de soutien s’érode : seuls 15% des Français (-2) affichent désormais leur soutien à l’action menée par Emmanuel Macron et le Gouvernement.
  • Les attentistes (39%; -3) sont moins nombreux qu’en juillet dernier et constituent désormais un « bloc » numériquement inférieur à celui des opposants.

 

Juste avant son intervention à l’Emission politique, la popularité d’Edouard Philippe se stabilise (39% ; +1)

Alors que le mois dernier, le Premier ministre subissait le contrecoup des soubresauts de l’été, sa popularité se stabilise ce mois-ci : 39% (+1) des Français déclarent avoir une bonne opinion d’Edouard Philippe, contre 59% (-2) qui en ont une mauvaise opinion.

 

Les difficultés de l’exécutif ne profitent toutefois pas (encore?) à l’opposition

Aucun des partis testés n’apparaît aux yeux d’une proportion significative de Français comme étant en mesure de « faire mieux » que le gouvernement s’il était au pouvoir, qu’il s’agisse du Rassemblement national (21%), de la France insoumise (20%), des Républicains (18%) ou du PS (13%).

Le Rassemblement national est toujours considéré par une majorité de Français comme un parti qui ferait moins bien que le gouvernement actuel s’il était au pouvoir (52%), tout comme, dans une moindre mesure, la France insoumise (48%).

Le Parti socialiste est quant à lui davantage perçu comme un parti qui ferait « ni mieux ni moins bien » que le pouvoir en place (45%; +7 points depuis juillet), signe qu’il suscite moins de rejet dans l’opinion. François Hollande, de plus en plus présent sur le devant de la scène médiatique et de plus en plus critique à l’égard du Président, est la deuxième personnalité politique préférée des sympathisants PS (52% de cote d’influence; +1), derrière Christiane Taubira.

Enfin, les Républicains sont jugés un peu moins sévèrement par les Français, en apparaissant à une majorité relative d’entre eux comme un parti qui ferait « ni mieux ni moins bien » que le pouvoir actuel (50%; +5 depuis juillet). Si cette tendance se confirmait, LR pourrait incarner pour les sympathisants de droite séduits par le chef de l’Etat mais aujourd’hui déçus une alternative sinon différente, du moins aussi crédible.