LE PROJET TGV LYON-TURIN DISPOSE D’UNE BONNE NOTORIETE DES DEUX COTES DES ALPES

2/3 des Français ont déjà entendu parler du projet de tunnel ferroviaire et de nouvelle ligne à grande vitesse permettant de relier Lyon à Turin (66%), un niveau qui s’élève même à 75% pour les Rhônalpins et à 93% pour les habitants de la Vallée de la Maurienne concernés par le tracé.

Une connaissance du projet globalement plus forte en Italie : 8 Italiens sur 10 connaissent le projet (81%), un score comparable à ceux des riverains de la future ligne résidant dans le Piémont et dans le Val de Suse.

 

UNE FORTE ADHÉSION AU PROJET AU NATIONAL COMME AU REGIONAL

93% des Français et 86% des Italiens sont favorables au projet. Une adhésion forte, que ce soit à l’échelle nationale ou régionale (84% des Rhônalpins, 77% des habitants de la Vallée de la Maurienne, 83% des Piémontais). Un niveau d’adhésion cependant moins élevé auprès des habitants du Val-de-Suse (54%).

 

UN INVESTISSEMENT QU’IL FAUT FAIRE POUR PRES DE 8 FRANÇAIS ET ITALIENS SUR 10

Parmi les principaux leviers d’approbation figurent l’amélioration des conditions de transport (amélioration de la mobilité des citoyens et des échanges entre les deux pays et en Europe, raccourcissement du temps de transport Lyon-Turin) et l’allègement du trafic routier (réduction du trafic des camions dans les vallées alpines par le développement du transport de marchandises par voie ferroviaire).

 

UN INTERET ECOLOGIQUE ET ECONOMIQUE RECONNU

L’adhésion au projet repose également sur son intérêt écologique (contribution à la lutte contre le réchauffement climatique et la pollution de l’air dans les vallées alpines) et économique (développement touristique et économique des territoires concernés, favorisation de l’emploi).

 

DES HABITANTS DES REGIONS CONCERNEES CONVAINCUS PAR L’IMPACT POSITIF DU PROJET AU NIVEAU LOCAL

Un projet majoritairement perçu comme apportant plus d’avantages que d’inconvénients dans les territoires concernés aux différents niveaux (63% des Rhônalpins, 58% des habitants de la Vallée de la Maurienne, 83% des Piémontais, 45% des habitants du Val-de-Suse).