Dans le sillage de la mobilisation des Gilets Jaunes ces derniers mois, BVA et La Tribune ont voulu savoir en quoi les Français avaient (encore?) confiance, alors qu’on les présente souvent comme d’incorrigibles pessimistes.

 

Un pessimisme prégnant qui s’exprime toujours davantage sur le plan « macro » que sur le plan individuel

  • Fidèles à leur réputation, les Français se disent en grande majorité inquiets quand ils pensent à l’avenir : ils sont 84% à manifester de l’inquiétude pour la planète, 74% à s’inquiéter pour l’avenir de leurs enfants et 72% pour l’avenir de la France.
  • Ils sont en revanche un peu plus confiants quand il s’agit de se prononcer sur leur avenir personnel, même si les résultats restent partagés (50% sont confiants, contre 50% qui sont inquiets), sans doute en raison du sentiment d’avoir davantage de prise sur leur propre avenir.

 

Si de nombreuses institutions suscitent la défiance d’une majorité de Français, PME, hôpitaux et forces de l’ordre tirent davantage leur épingle du jeu

  • Les Français accordent leur confiance pour près des 3/4 d’entre eux aux PME (77%), aux hôpitaux publics (74%) et aux forces de l’ordre (73%).
  • Ils font au contraire preuve d’une forte défiance à l’égard des parlementaires (76% n’ont pas confiance), des syndicats patronaux (80%) et des partis politiques (88%).
  • Enfin, si les Français ne sont pas tendres avec les médias (69% de méfiants), ils se montrent encore plus critiques à l’égard des réseaux sociaux : 86% s’en méfient, dont 44% qui ne leur font pas du tout confiance.

 

Plus des 2/3 des Français ne font pas confiance au Gouvernement pour entretenir le dialogue suite au Grand Débat

  • Dans le prolongement du Grand Débat initié par l’exécutif suite à la crise des Gilets Jaunes, seuls 32% des Français font confiance au Gouvernement pour poursuivre les échanges de manière régulière (contre 68% qui ne lui font pas confiance). 31% des interviewés ne font même « pas du tout » confiance au Gouvernement sur ce point.