UN SONDAGE BVA POUR FAFSEA, EN PARTENARIAT AVEC LES ECHOS

 


 

La formation professionnelle : un dispositif toujours populaire et dont les Français ont une bonne expérience

77% des Français de 15 à 64 ans ont une bonne opinion de la formation professionnelle (-2 pts). Des opinions positives plus notables auprès des 18-24 ans (91%) et des salariés du privé (81%).

Un sujet sur lequel l’information est à densifier : 58% des 15-64 ans estiment être mal informés sur la formation professionnelle.

82% des 15-64 ans ont une bonne opinion du contrat d’apprentissage et 77% ont une bonne opinion du contrat de professionnalisation. 

71% des 15-64 ans ont déjà suivi au moins une formation depuis le début de leur carrière et même 84% des salariés du secteur public et 80% des cadres.

85% des personnes ayant suivi au moins une formation s’en disent satisfaites. Elles étaient adaptées à leurs besoins pour 85% et ont permis de progresser professionnellement pour 76%.

Une réforme connue…dont les contours sont flous

6 interviewés sur 10 ont entendu parler de la réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage (60%). Au-delà de cette forte notoriété du principe de la réforme, seuls 10% des 15-64 ans disent qu’ils voient précisément ce dont il s’agit.

La hiérarchie des mesures qui renforceraient l’envie des 15-64 ans de suivre une formation professionnelle montre leur intérêt pour des éléments de réactivité, de personnalisation et de densité de l’information.

• 73% – Réduire les délais de réponse 
• 72% – Proposer en amont de la formation un conseil personnalisé en face à face ou par téléphone ou par email avec un référent
• 63% – Pouvoir accéder à un site Internet ou à une application pour retrouver tous les centres de formation et programmes notés par les stagiaires
• 32% – Développer les formations en dehors du temps de travail
• 26% – Trouver sa formation de façon autonome, par ses propres moyens
• 20% – Développer la formation 100% sur Internet
• 9% – Imposer aux salariés de financer eux-mêmes une partie de leur formation, y compris en monétisant des RTT

Le développement de l’alternance placé comme une forte priorité

L’augmentation du nombre de formations en alternance est une priorité pour 52% des 15-64 ans devant :

• Créer un site d’orientation où l’on trouverait l’ensemble des formations accessibles en CPF, avec des notes des stagiaires (40%)
• Réserver les financements de la formation en priorité aux demandeurs d’emploi et aux personnes les moins formées/qualifiées (40%)
• Donner plus d’importance au CPF (Compte Personnel de formation) et aux formations courtes (34%)
• Supprimer le CIF (7%)

Financer eux-mêmes une partie de leur formation professionnelle n’intéresse pas les 15-64 ans

Il serait nécessaire de faciliter la formation sans condition de revenus pour 85% des 15-64 ans.

S’ils devaient suivre une formation professionnelle, près des deux tiers des 15-64 ans (64%) ne seraient pas prêts à en financer eux-mêmes une partie. Un manque de moyens financiers surtout ressenti par les ouvriers (72%), les personnes âgées de 35 ans et plus (70%) et les demandeurs d’emploi (72%).

La majorité des personnes prêtes à payer sous-estiment le coût d’une formation : 85% ne débourseraient que moins de 1 000€.

 

L’infographie

Le communiqué de presse de FAFSEA