Pascal Maurel et Philippe Leduc ont mené le débat autour de l’avenir de l’organisation du parcours de soin dans les territoires avec :

  • Jean-Yves BLAY (Président d’UNICANCER)
  • Daniel GUILLERM (Président de la FNI – Fédération Nationale des Infirmiers)
  • Jean-Paul ORTIZ (Président de la CSMF – Confédération des Syndicats Médicaux Français)
  • François PELEN (auteur de « Crise sanitaire : pourquoi il faut presque tout changer »)

 

Odile PEIXOTO, Directrice du pôle Santé de BVA, a présenté lors de l’évènement pour les Contrepoints de la Santé les résultats d’un sondage* exclusif permettant d’établir un état des lieux sur l’accessibilité aux soins dans notre pays.

Un manque d’accessibilité aux soins ressenti par une large part de la population

C’est avec leur chirurgien-dentiste que les Français ont le plus de difficultés pour prendre rendez-vous (45%) ainsi qu’avec le médecin spécialiste qu’ils consultent le plus (38%). Le médecin généraliste est accessible pour la plupart des Français sauf pour 14% d’entre eux (notamment les publics actifs âgés de 35 à 49 ans : 18% et les cadres : 21%).

Un manque de coordination des professionnels de santé est ressenti par 4 Français sur 10 : en effet, 39% pensent qu’ils communiquent plutôt mal entre eux, qu’ils ne se transmettent pas bien les informations concernant les patients dont ils s’occupent ensemble.

Ce manque d’accessibilité, de coordination est-il imputable à la crise sanitaire ? Pas pour la majorité des Français (71%) qui déclarent que la crise sanitaire n’a rien changé aux relations qu’ils entretiennent avec les professionnels de santé qu’ils consultent ; néanmoins on note un effet délétère de la crise sanitaire pour 24% de la population qui a ressenti une détérioration des relations.

L’organisation du parcours de soin : une charge mentale pour plus d’1 patient sur 4

Au-delà de ces perceptions générales, l’enquête a cherché à évaluer le vécu des parcours de soins et notamment des parcours de soin complexes : 55% des Français ont eu, au cours des 3 dernières années, une maladie ou un problème de santé qui a nécessité d’avoir recours à plusieurs professionnels de santé (médecin, infirmier.e, pharmacien, kinésithérapeute…).

73% de ces patients ont trouvé relativement facile d’organiser leur parcours de soin tandis que 27% ont trouvé cette organisation plutôt difficile, soit ramené à l’ensemble de la population : 15% des Français ont eu des difficultés à organiser leur parcours de soin alors qu’eux-mêmes étaient en état de vulnérabilité.

Quelles ont été leurs difficultés ? En tout premier lieu, prendre rendez-vous avec un médecin spécialiste (43%), en 2ème prendre un rendez-vous à l’hôpital (33%) ou dans un centre de réadaptation / rééducation (26%) ; même prendre un rendez-vous avec son médecin généraliste a été jugé difficile par 22% des patients concernés ; seul l’EPHAD est resté accessible (seuls 16% des patients concernés ont exprimé une difficulté).

L’organisation du parcours de soin : un support spécifique, dédié à mettre en place

On note que 46% des patients ont organisé leur parcours seuls, sans aucune aide, 28% ont bénéficié de l’aide d’un des professionnels de santé impliqués, 18% ont été aidés par les plateformes de prise de rendez-vous en ligne, 8% par un proche.

Cependant, l’étude montre que ceux qui ont été aidés témoignent d’un vécu à peine plus facile que ceux qui n’ont reçu aucune aide, attestant d’un manque d’efficacité de la filière pour soulager la charge mentale des patients liée à l’organisation de leur parcours.

Les CPTS, les entreprises médicales libérales, les réseaux de professionnels… : de multiples initiatives décloisonnées, à l’échelle des territoires ont été évoquées par les experts.

 

Pour écouter l’intégralité des débats : https://www.youtube.com/watch?v=_kaCUT8bHcU

* Enquête en ligne réalisée du 11 au 15 février 2021 auprès d’un échantillon national représentatif de 1002 personnes âgées de 18 ans et plus selon la méthode des quotas.